Sujet : La dernière fois

L'Amiral Fletcher regardait le sénat intergalactique d'un oeil bien triste, car il savait qu'il ne le reverrait. Tant d'années, tant d'histoires c'était déroulé ici, et tous cela sera bientot effacé. Ces ingénieurs avait repéré une anomalie spatiale vers le centre de l'univers, cette chose avait l'air de se nourrir du néant de l'espace, en emmagasinant de l'énergie. Dans deux semaines tout au plus, l'anomalie libérera son énergie et réduira l'univers à néant. Quand il as appris la nouvelle, il regretta d'avoir payé ces ingenieurs si chers.
            Le sénat était maintenant vide, tout les sièges avait été déserté, quelque ames perdues erraient dans les couloirs sombres, se remémorant le passé. Tout les seigneurs et autre commandants étaient rentré chez eux, mais pour quoi faire???
            Certain sombreront dans la folie destructrice, d'autres abandonneront leur poste et choisirons le suicide. Une fin tragique pour des empires si puissant. L'amiral quitta le bâtiment, accompagné de deux de ces auxiliaires, il se dirigea vers la plate forme d'envol N°3, sa frégate de commandement l'attendait, toujours impeccable.
             Il se retourna, pour voir la massive structure du sénat, sortie de l'imagination d'un architecte fou. Il aurait pu être beau avec ces courbes parfaites, ces jardins et point d'eau parfaitement entretenu. Mais sans les diplomates qui l'habite, il paraissait incroyablement laid, comme si il lui manquait son ame.
             L'amiral porta sa main à la visière de sa casquette, pour saluer l'édifice une dernière fois, pour le remercier des services rendu pendant toutes ces années. Ce pauvre bougre allait enfin prendre une retraitre bien mérité.

- Amiral, qu'allons nous faire???

La question de son auxiliaire l'avait fait sursauté, c'était une jeune fille, dans les 30 ans, blondes, l'uniforme impecable.

- Nous resterons des hommes, et nous prirons dieu de nous offrir une mort rapide.

L'amiral et ces deux aides de camp embarquèrent, l'amiral se demandait ce qu'il pourrait ce qu'il pourrait dire lors de sa prochaine prière. Car en ce moment, tout l'univers chantait le nom du dieu de génésis, celui qui avait crée cet univers. Tout les croiseurs, tout les railguns, tout les soldats scandent son nom à plein poumons.
"Gloire à Duke, Gloire à Duke, Gloire à Duke"!!!!!!!

La frégate s'éleva dans le ciel anormalement vide, laissant le sénat, désormais vide. L'amiral pria, et remercia le dieu, de lui avoir fait vivre une si belle existence.